Thursday, 10 December 2020

WORLD MONETARY AUTHORITIES WILL SOON RUIN US ALL

 

La folie des introductions en Bourse aux Etats-Unis

Outre-Atlantique, l’argent pas cher et abondant nourrit une inflation des introductions en Bourse avec à la clé des valorisations qui s’envolent, comme en atteste l’opération concernant Airbnb.

Par 

Publié aujourd’hui à 11h51, mis à jour à 12h32 

Temps deLecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

C’est le genre d’analyse financière qui attire l’attention du lecteur : « DoorDash : l’introduction en Bourse la plus ridicule de l’année 2020 ». Et de descendre en flammes la valorisation de l’entreprise, qui n’aurait, selon David Trainer, analyste publié par Seeking Alpha, pas plus de sens que l’introduction « la plus ridicule » de 2019, celle de WeWork, l’entreprise de partage de bureaux qui n’a même pas eu besoin du Covid pour exploser en vol. Là, DoorDash, l’entreprise de livraison de repas à domicile, est parée de tous les défauts : proposée en haut de cycle, car la planète va sortir du confinement et la livraison à domicile perdre son attrait ; pas de profits au troisième trimestre, peu de capacité à les augmenter dans un secteur qui serait très concurrentiel ; et une gouvernance qui donne peu de droits aux actionnaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Bourses : « Les stars de l’Internet ne faisant plus recette, l’intérêt des investisseurs s’est porté sur des entreprises plus jeunes »

Rira bien qui rira le dernier, l’introduction de la firme de San Francisco à la Bourse de New York (NYSE) a été un triomphe, mercredi 9 décembre : vendu à 102 dollars, le titre s’est immédiatement envolé de 80 %, cotant 182 dollars à l’ouverture, ce qui valorise l’entreprise à environ 70 milliards de dollars (58 milliards d’euros). C’est plus que la fourchette de 90-95 dollars initialement envisagée et surtout 4,7 fois la valorisation effectuée au début de l’année. L’entreprise en a profité pour lever 3,4 milliards de dollars d’argent frais.

No comments:

Post a comment