Commentary on Political Economy

Sunday, 17 January 2021

 

Covid-19 : la lourde responsabilité de Donald Trump dans l’hécatombe américaine

Editorial du « Monde ». Il y a tout juste quatre ans, Donald Trump promettait devant le monde abasourdi de « mettre fin au carnage américain ». A la veille de quitter la Maison Blanche, le président républicain laisse derrière lui un pays en lambeaux, parcouru de divisions rarement égalées, secoué par des violences politiques inédites et, surtout, ravagé par une pandémie galopante et, par endroits, totalement hors de contrôle.

Sa gestion de la crise sanitaire, marquée tour à tour par l’indifférence, le déni, les mensonges et l’instrumentalisation politique, laisse les Etats-Unis face à un bilan unique au monde : près de 400 000 morts en onze mois, 23 millions de personnes contaminées. A son actif demeureront seulement les efforts financiers déployés pour permettre la découverte rapide d’un vaccin.

Article réservé à nos abonnés

Mais, pour le reste, en niant la gravité d’une maladie qu’il a pourtant lui-même contractée, en affirmant, contre toute évidence que « le virus [allait] disparaître comme par miracle », en refusant obstinément de promouvoir les gestes les plus élémentaires – port du masque ou distanciation sociale –, en donnant systématiquement la préférence aux intérêts économiques sur les enjeux de santé publique, le président sortant a encouragé un laisser-faire mortel dans les Etats tenus, principalement, par les républicains, et compliqué ailleurs la tâche des élus, souvent démocrates, déterminés à lutter contre la pandémie.

L’hécatombe actuelle apparaît donc comme la conséquence de ce mélange d’arrogance, de cynisme, de mépris pour les scientifiques et de mensonge éhonté caractéristique de la personnalité de M. Trump, premier dirigeant déchu en raison de ses choix catastrophiques sur le Covid.

Article réservé à nos abonnés

L’empathie de Joe Biden

C’est de ce sombre bilan qu’hérite Joe Biden. Ses premières semaines à la Maison Blanche, où il s’installera le 20 janvier, seront tout entières consacrées à la lutte contre la pandémie et au redressement de l’économie américaine. Le démocrate, moqué par son adversaire pour avoir adopté le masque et les mesures de précaution contre le Covid-19 dès le printemps dernier, a tenu, dès jeudi 14, un discours solennel, détaillant les mesures qu’il entend prendre pour contenir la propagation du virus. M. Biden a promis des efforts financiers et logistiques pour mieux distribuer les vaccins, améliorer la politique de tests et de traçage, lutter contre les nouveaux variants du virus…

Il a surtout, une nouvelle fois, fait preuve de l’empathie dont son prédécesseur s’est montré incapable durant ces onze mois, au cours desquels près de 400 000 familles américaines ont perdu l’un des leurs. Mais les paroles de réconfort ne sauraient suffire. M. Biden doit encore faire adopter son « plan de sauvetage » par un Congrès écartelé par la procédure d’impeachment contre le président sortant, après l’assaut de ses partisans contre le Capitole.

Alors que la maladie connaît une résurgence dans de nombreux pays, il n’existe pas de solutions miracles pour s’en défaire rapidement. L’équipe du président démocrate n’est cependant pas dépourvue d’atouts. Son futur bras droit à la Maison Blanche, Ron Klain, avait coordonné la riposte fédérale au virus Ebola, en 2014, et ses principaux conseillers seront tous des experts reconnus et respectés. Il faut espérer que cette cohérence améliore la stratégie fédérale et donne au pays, par l’exemple et la pédagogie, des lignes de conduite claires, un discours fondé sur la science et un horizon ancré dans le réel. Tout le contraire des mensonges et des atermoiements du président sortant.

No comments:

Post a Comment