Commentary on Political Economy

Monday 1 April 2024

NUKE IRAN! NUKE IRAN! NUKE IRAN!

 

Des frappes attribuées à Israël détruisent un consulat iranien en Syrie, tuant plusieurs membres des gardiens de la révolution

Un bâtiment proche de l’ambassade d’Iran à Damas, en Syrie, après une frappe israélienne le 1er avril 2024.
Un bâtiment proche de l’ambassade d’Iran à Damas, en Syrie, après une frappe israélienne le 1er avril 2024. FIRAS MAKDESI / REUTERS

Des frappes attribuées à Israël ont touché, lundi 1er avril, un quartier huppé de Damas, qui abrite également des ambassades et des bâtiments des Nations unies, détruisant le consulat iranien en Syrie. Sur place, un correspondant de l’Agence France-Presse, a confirmé que le bâtiment annexe de l’ambassade d’Iran avait été rasé par la frappe. Le ministère des affaires étrangères iranien a condamné les frappes, qui ont tué huit personnes, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Dans une déclaration retransmise par les médias iraniens, l’ambassadeur d’Iran a affirmé que l’annexe de l’ambassade avait été visée par « six missiles tirés par des jets F-35 ».

Israël n’a pas revendiqué cette attaque sans précédent sur un bâtiment diplomatique iranien en Syrie.

Le raid, qui a totalement détruit le consulat iranien, mitoyen de l’ambassade, a tué un commandant de la Force Al-Qods pour la Syrie et le Liban, le général Mohammad Reza Zahedi, ainsi que six autres membres des gardiens de la révolution. Deux « conseillers » iraniens figurent également parmi les personnes tuées, selon l’OSDH.

Agé de 63 ans, le général Zahedi était membre du corps des gardiens depuis quatre décennies et avait occupé différents postes de responsabilité, notamment au sein de la Force Al-Qods, qui est considérée comme l’unité d’élite des gardiens. Elle intervient en dehors des frontières pour, selon Téhéran, aider les voisins de l’Iran et assurer la « stabilité » de la région contre les ingérences occidentales.

Un autre haut gradé de la Force Al-Qods, Mohammad Hadi Haji Rahimi, a également été tué, a annoncé dans un communiqué le Corps des gardiens de la révolution.

L’Iran réclame une « réponse » internationale

Depuis le début de la guerre à Gaza, le 7 octobre, plusieurs « conseillers militaires » iraniens ont été tués en Syrie, dont le général Sadegh Omidzadeh, responsable du renseignement pour la Force Al-Qods dans ce pays, selon des médias iraniens. A la fin de décembre, le général de brigade Razi Moussavi, un important commandant de la Force Al-Qods, avait été tué dans un tir de missile au sud de Damas.

Le Monde Application

Pour M. Abdollahian, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, « a complètement perdu son équilibre mental en raison des échecs successifs du régime israélien à Gaza et de l’incapacité à atteindre les objectifs ambitieux des sionistes ».

Dans un communiqué publié lundi soir, le porte-parole du ministère, Nasser Kanaani, a fait savoir que « la République islamique d’Iran » allait « décider du type de réaction et de punition envers l’agresseur ».

« Hossein Akbari, ambassadeur de la République islamique d’Iran à Damas, ainsi que sa famille n’ont pas été blessés lors de l’attaque israélienne », a précisé de son côté l’agence de presse iranienne Nour.

Le Monde avec AFP

No comments:

Post a Comment