Commentary on Political Economy

Monday, 25 January 2021

TRY THE BITCH "LA PUTE" ANGELA MERKEL FIR TREASON!

Face à la Russie, il faut arrêter le gazoduc Nord Stream 2

Editorial du « Monde ». Les ministres des affaires étrangères des Vingt-Sept, réunis lundi 25 janvier, vont évoquer un sujet familier : les sanctions contre la Russie. Depuis la décision du président Vladimir Poutine, en 2014, d’annexer la Crimée et d’appuyer militairement les groupes prorusses dans l’est de l’Ukraine, l’Union européenne est régulièrement confrontée au défi de la gestion de ses relations avec cet imposant et menaçant voisin.

Les tentatives de dialogue, comme celle qu’a essayée le président Emmanuel Macron en 2019, s’étant révélées vaines, l’UE en est réduite à brandir l’arme des sanctions à chaque nouvelle incartade russe. Une batterie de sanctions économiques prises en riposte à la crise ukrainienne est reconduite tous les six mois depuis six ans, à l’unanimité des Etats membres. D’autres, plus limitées, ont été prises en 2019 après l’empoisonnement au Royaume-Uni de l’ex-agent double Sergueï Skripal au Novitchok, arme chimique interdite par le droit international, puis de nouveau en octobre 2020, à la suite de la tentative d’assassinat sur l’opposant Alexeï Navalny, à l’aide de la même substance.

Rien de tout cela n’a produit de résultat politique, même si les sanctions ont affaibli l’économie russe. La répression s’est même durcie, la société civile de plus en plus bridée. A l’étranger, des dizaines de milliers de civils sont morts sous les bombes d’avions russes en Syrie, des mercenaires expédiés de Russie sèment le trouble en Libye et en Afrique. En Biélorussie, l’autocrate Loukachenko ne résiste à six mois de contestation populaire que grâce à l’appui de Moscou.

« Dérive autoritaire très inquiétante » de Moscou

Ce qui s’est passé en Russie depuis le 20 août, date de l’empoisonnement d’Alexeï Navalny, change la donne. Le refus de Moscou d’ouvrir une enquête, l’arrestation de l’opposant le 17 janvier, à son retour d’Allemagne, le durcissement de la législation répressive en décembre, la gestion des manifestations du 23 janvier exigent une attitude plus ferme de l’UE. Cela peut être des sanctions mieux ciblées, visant des responsables russes plus proches du centre de décision ou des riches oligarques qui ont acquis des biens et placé leur argent dans les pays de l’UE.

Il existe d’autres leviers, et notamment celui du gazoduc Nord Stream 2, projet de 10 milliards d’euros, achevé à 90 %, qui doit doubler les capacités d’acheminement de gaz russe vers l’Allemagne. Ce levier, c’est à Berlin de l’actionner, comme l’a diplomatiquement souligné dimanche le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après avoir dénoncé la « dérive autoritaire très inquiétante » de Moscou. Moins diplomate, le Parlement européen a demandé jeudi l’arrêt immédiat du gazoduc à une majorité écrasante.

Article réservé à nos abonnés

La chancelière Angela Merkel s’y refuse. Cette position, cependant, est de moins en moins tenable, pas plus que n’est justifiable le maintien de l’ex-chancelier Gerhard Schröder à la présidence de Nord Stream 2, propriété du géant russe Gazprom. Nord Stream 2 est aussi une pomme de discorde ente Berlin et Washington, qui frappe de sanctions extraterritoriales les entreprises européennes participantes. Mme Merkel s’est dite prête à en parler avec le président Joe Biden.

Levée des sanctions américaines contre arrêt des travaux : c’est une issue possible. Mais, d’une manière ou d’une autre, l’UE ne peut plus se soustraire à un sérieux réexamen de sa politique à l’égard de la Russie et de ses voisins, qui passera par un alignement de ses actes sur les valeurs que les Européens affirment défendre. 

No comments:

Post a Comment